Malachite-Gold - Fiches des modèles M.G. anciens

1964-1965


Modèle : MG/B 1800 Berlinette Jacques Coune
Crédit photographique : SuperCars.Net

Une des Berlinette de Nicolas Lecompte, avec Jacques Coune en personne en 2004
Arrière tronqué, à la façon des GTO (URL)

Au Grand Prix de l'Age d'Or 2001 (URL)

Au rallye ING de Spa 2003 (photo N. Lecompte)

(URL) La seule Berlinette avec volant à droite (URL)
Construite à la demande d'Alec Issigonis lui-même...

Caractéristiques techniques
(sans doute celles de la MG B Mk I, à quelques exceptions près)

Moteur 4 cylindres soupapes en tête - 3 paliers Bloc d'origine Série "B"
Cylindrée 1798 cc Carburateur(s) 2 S.U.
Compresseur Non Puissance 68 cv à 5600 t / min
Alésage / course   Taux de compression  
Vitesses 4 Rapports de boîte  
Rapport de pont   Empattement  
Suspension avant
Freins av. / ar. Hydrauliques
Disques av.
Tambours ar.
Suspension arrière
Voies av. / ar.  
Fixation roues Jantes à rayons à fixation centrale Pneus  
Longueur   Lageur  
Hauteur   Poids ~ 965 kg
N° Châssis   Vitesse maximum 112 mph (180 km/h)

Production
MG/B 1800 Coupé Jacques Coune
56

Commentaires

Position du modèle : Au début des années 60, Jacques COUNE (Bruxelles, 1924) est l'agent pour la Belgique de plusieurs marques italiennes (Abarth : échappements et kits de préparation ; Iso : montage des Grifo et Rivolta). Il dispose d'un atelier de carroserie où, entouré de plusieurs spécialistes italiens, il va produire quelques remarquables réalisations : cabriolets Volvo Amazone, combis BMW et Mercedes, etc. En 1963, il décide de réaliser un coupé au départ de la MG B roadster. Il est exposé au Salon de Bruxelles de janvier 1964, à titre d'étude de style. L'accueil est enthousiaste et le véhicule sera mis en production durant deux années. Si la mécanique et la base de la MG B sont conservées, le châssis est renforcé, et toute la partie supérieure, pare-brise compris, ainsi que la partie arrière sont remplacées. Les vitres avant (plus grande que celle du roadster) et arrière sont d'origine Renault 8. Les vitres latérales sont originales. L'arrière, tronqué à la manière des Ferrari et Aston Martin, reçoit des feux ronds d'une petite Simca 1000. Le pare-chocs arrière, revenant jusqu'au garde-boue, est totalement original. Les garde-boue avant et arrière sont légèrement débordants. Les phares avant sont en retrait par rapport au roadster, et protégés par un plexi. La peinture extérieure et la finition intérieure étaient au choix du client. Les garnitures du toit et de la plage arrière étaient typiquement matelassés, et l'habitacle soigneusement insonorisé. Plus légère de 57 kg que le roadster, et plus aérodynamique, la Berlinette pouvait atteindre les 180 km/h.

Variantes : Les six premiers modèles de la Berlinette sont totalement réalisés en métal, mais les unités produites par la suite utilisent des éléments de carrosserie en fibre de verre et présentent quelques détails différents (position de la lunette arrière, charnières de coffre, etc.). En outre, le modèle du Salon présentait un pare-chocs avant original, mais par la suite, le pare-chocs standard de la MG B sera utilisé.
La carrosserie Jacques COUNE produit également des cabriolets MGB avec hardtop, distincts de la Berlinette.
Mais le modèle le plus original est sans doute la MGB Gemini produite en 1966 par Jacques COUNE à la demande du Baron Lippens. C'est un modèle Spider à toit Targa, de couleur rouge et à l'intérieur en cuir beige. Repeinte en orange par le second propriétaire, elle sera totalement détruite par la troisième (une prostituée du quartier Nord de Bruxelles dit la légende...). La revue Automobile lui consacre un bref article dans son numéro 238 de février 1966 (disponible au format JPEG en cliquant ici).

Cabriolet MGB 1965 transformé
MGB Gemini 1966, Spider à toit Targa
Remarques : Une si merveilleuse voiture ne pouvait pas passer inaperçue à Abingdon. Les contacts auraient même été très loin pour faire de la Berlinette, "la" coupé officielle de la MG B. A la demande d'Alec ISSIGONIS, Jacques COUNE fournit en avril 1964 un exemplaire de la Berlinette avec volant à droite (le seul exemplaire de ce type) à Walter OLDFIELD, responsable du groupe Nuffield Press (dépendant de BMC). Le véhicule est testé intensément par les "grosses têtes" de chez M.G., y compris par Syd ENEVER qui avait commencé à plancher sur la future MGB GT. Rien à redire du côté mécanique, apparemment, mais du point de vue stylistique, "on" trouve la Berlinette "trop italienne"... Un comble quand on sait que c'est le projet demandé par ENEVER à PININFARINA qui sera finalement retenu ! Les coûts de production artisanale de la Berlinette ne peuvent pas rivaliser avec ceux de la GT d'usine et la belle aventure s'arrête après 56 exemplaires construits. Quoi qu'il en soit, la vue d'une Berlinette provoque toujours aujourd'hui la même admiration et les quelques exemplaires restants (6 ?) ont atteint une cote remarquable.
Remerciements : Plusieurs informations et illustrations de cette page proviennent de Nicolas Lecompte, qui a bien voulu me les transmettre. Il est l'heureux possesseur de 3 Berlinette (!) et ami du constructeur.


Illustrations

Premières pages du catalogue en français pour la "berlinette" MG/B 1800 de Jacques Coune
Source : Vitamin C
Mittéi a dessiné la Berlinette MGB pour la rubrique Tintin-auto en 1964.
Voir page BD de ce site.

Références spécifiques

Sites Web :

Livre / Articles :


MG Modèles anciens
© JP Donnay 2003-2004-2005-2006-2007
Mise à jour le 8/01/08